Mais d'abord qui est la Princesse Zinaïda Schakovskoy ?

ma russie habillée en urss zinaida schakovskoy portrait

 

 

Ce fut une aristocrate Moscovite. A 11 ans sa famille fut chassée de Russie. Elle va y revenir en 1957 pendant deux ans, en qualité de femme d'un diplomate belge d'origine russe.Elle fut écrivain, historienne, et critique littéraire. Elle a écrit quelques livres, "la vie quotidienne à Moscou au XVIIè s", "La vie quotidienne à St pétersbourg à l'époque romantique", "lumières et ombres tel est mon siècle", "vie d'Alexandre Pouchkine", "insomnies (des poèmes)", "Une enfance (autobiographie hélas  épuisée), et d'autres livres sous le nom de Jacques Croisé. Et celui que je suis entrain de lire : 

"Ma Russie habillée en URSS"

 

ma russie habilléee en urss retour au pays natal

Son livre est un témoignage d'une  grande valeur, c'est le premier livre sur l'Urss, qui fut écrit par une femme. Au fil de ses pages nous allons côtoyer, via les réceptions au Kremlin, le président  et ses politiciens :Kroutchev, Boulganine, Kavanovitch, Mikoyan et d'autres personnes fidèles à ce gouvernement et aux différents échelons de leurs responsabilités...

Nous allons parcourir des villages, des villes, visiter des monastères et des musées. Ce que j'ai bien aimé dans ce livre c'est surtout au niveau des confidences des paysans, des ouvriers, des intellectuels.  Car sous ce régime d'urss idéalisé, un certain temps, par Montant et Signoret, dont l'écrivain évoque leur passage sous les meilleurs auspices, voiture de luxe, réceptions privées, comme il fut fait pour d'autres occidentaux moins connus, qui étaient bien loin de la réalité.

J'ai lu quelque part sur un de mes nombreux livres par un historien apolitique, que les Russes à cette époque  sous Lénine, Staline, à part  certains, n'avaient pas choisit ce régime qu'ils avaient subis,   mais qu'il  fut imposé par les idéologistes leaders de l'époque. Il est vrai ne perdons pas de vue, que leurs vies sous les tsars ne furent pas souvent excellentes . D'où aussi cette chasse aux russes blancs. Après que ce peuple qui prit une part active aux révolutions, les dérapages arrivèrent ! les purges sous Lénine et Staline. Pour un oui ou pour un non pour des soupçons non fondés bien souvent les amis de la révolution devinrent les ennemis. Je suis bien loin d'être érudite dans l'histoire de la Russie. Je ne parle que du ressenti via mes lectures.

Dans ce livre on voit la peur installée par les dénonciations souvent sans fondement, mais dirigée par les jalousies comme toutes dénonciations qui furent faites lors  de la révolution française, ou les guerres de notre pays. On y voit les fameux appartements communautaires. Mais surtout on ressent cette peur, ce n'était pas bien vu du tout de parler à des étrangers. Et les idéologistes  de ce changement virent peu à peu de nouveau un grand fossé se creuser entre les nouveaux dirigeants de l'Urss, et le"petit peuple".

Ce que j'aime dans ce livre, c'est  que l'auteur, ne fait que narrer ce qu'elle voit, ce qu'elle entend au fil de ses diverses rencontres,et soulève également des incohérences, de ce régime, brutal et méfiant. Certaines personnes ne le vécurent pas de la même façon, j'ai aussi un livre aubiographique d'une personne qui vécut très bien sous l'Urss, une enfance heureuse, via la position de sa famille au gouvernement.  Dans cet autre livre que je parlerais peut être ce fut une enfance heureuse et choyée. 

Pour en revenir à "Ma Russie habilléee en URSS, c'est un excellent témoignage de cette période. Le récit est fait à la première personne, mais pas du tout monotone, l'auteur sait remettre et peut le faire vu sa situation officielle certains élus à leur place, cela ne manque pas de piquant ! Toujours avec cette courtoisie un temps soit peu ironique, sous l'oeil un peu inquiet de son mari. Et il y a de quoi suite à l'anecdocte ci dessous, que j'aime beaucoup : 

Au cours d'une soirée la narratrice se trouve assise auprès du général  Serov, chef de la police d'état, celui-ci lui dit -"Puisque vous êtes de Moscou, vous devez y avoir encore de la famille que vous désirez certainement revoir ? - "il est peu probable que j'aie de la famille en URSS, dis-je ; ils ont dû être tous fusillés depuis longtemps. -"pas tous tout de même s'écrie le général Serov choqué, (...) il doit bien en rester quelques uns ?" - "Même s'il en reste, je n'ai pas l'intention de les voir. (...) le général poursuit "Pourquoi auraient ils peur de vous voir ?(....) -"je ne connais pas leur adresse." - Qu'à cela ne tienne ! s'écrie le général. Vous n'avez qu'à me dire leurs noms et je vous les retrouverai en cinq sec, comme cela, il claque des doigts. -"Je n'en doute pas, mais il se peut qu'en apprenant que vous les recherchez, et avant de savoir que c'est avec les meilleures intentions du monde, vont ils, ces derniers survivants mourir d'une attaque ou se pendre de frayeur...."....

Ce livre m'a été conseillé par une personne mariée à une russe, ils vivent en Russie, il aime ce pays d'accueil, et je l'ai connu sur un groupe d'amitiés France-Russie, via FB, et je ne regrette pas. Un autre livre m'a été conseillé également par lui"le Don paisible" de Mikhaïl Cholokhov. Mais j'y reviendrais plus tard quand je l'aurais lu.

A bientôt,

gif claudine